Paralysie analytique
Photo© Pixabay, CC0

La paralysie analytique, un fléau pour les entrepreneures

Qui n’est jamais resté bloquée devant une prise de décision importante ? Qui ne s’est jamais arraché les cheveux, pour faire un choix ? Dans votre métier d’entrepreneure, d’autant plus expatriées, il est normal que vous rencontriez des difficultés pour prendre des décisions. Qu’elles soient professionnelles ou personnelles. Vous êtes, dans ces cas de figure, dans une paralysie analytique.

La paralysie analytique, ou paralysie d’analyse, est un phénomène assez fréquent chez toute personne qui se respecte. Elle l’est d’autant plus, lorsque vous êtes à la tête d’une entreprise. Elle n’est, ni plus ni moins, que la conséquence d’une suite d’analyses. Elle se traduit par le fait de ne pas prendre de décision, par peur de faire de mauvais choix, face à de nombreuses options.

Du coup, comme toute personne dans ce type de situation, plutôt que de passer à l’action, vous stagnez en phase de réflexion. Vous ne cessez de peser le pour et le contre, de réfléchir, pour au final ne prendre aucune décision. C’est ça, la paralysie de l’analyse.

La paralysie analytique, le fléau des entrepreneures

Et ne pas prendre de décision à un coût. En règle générale, la paralysie analytique a plusieurs conséquences néfastes :

  • la baisse de vos performances mentales. Vous devenez alors, stressées et anxieuses. Ce qui tend à rendre votre travail intellectuel plus difficile. Votre concentration est médiocre et vos capacités, moindres ;
  • une créativité en berne. Trop réfléchir peut vous conduire à présenter un travail moins créatif;
  • une hausse du sentiment de mal-être. Vous ne savez pas quelle décision prendre, donc cela produit un effet d’insatisfaction et une perte de confiance en vous. Votre mal-être s’accentue facilement.

Surmonter sa paralysie d’analyse

Mais nous vous rassurons, il est tout à fait possible de surmonter sa paralysie d’analyse. Et tant mieux, sinon vous ne pourriez avancer dans votre aventure entrepreneuriale. À ce jour, 4 méthodes peuvent être utilisées pour combattre cette peur de passer à l’action :

  • la technique de Powell. De Mr.Powell, ancien militaire et homme politique. La P=40-70 consiste à dire que l’on ne doit pas prendre de décision, quand les informations que nous disposons nous donnent -40% de chance de réussite. De même lorsque l’on cherche à atteindre 70% de chance réussite, c’est souvent qu’il est trop tard pour prendre une décision ;
  • la méthode de la petite prise de décision. Mieux vaut tenter de prendre une petite décision et de voir ce qui pourrait se passer, avant d’en prendre une plus grande. Méthode testée et approuvée !
  • déterminer une date butoir. S’imposer une date butoir permet en effet, de créer une urgence. Ainsi, vous ne procrastinez pas. Vous ne tardez pas dans le temps à prendre une véritable décision ;
  • l’acceptation des mauvaises décisions. Mieux vaut prendre une mauvaise décision, que ne pas en prendre du tout. Toutes les actions de votre vie seront jointes à vos peurs. Il faut donc passer outre. De toute façon, la plupart des décisions que vous prenez sont réversibles. Au pire, les mauvaises décisions deviennent des enseignements.

Bien souvent, vous vous retrouvez coincées dans vos prises de décisions. C’est l’effet de la paralysie analytique. Désormais, vous savez que lorsque vous êtes coincées et n’arrivez pas à passer à l’action, des méthodes sont possibles pour vous aider à avancer.

Vous voulez en discuter avec moi ?

Recevez nos nouveaux articles directement dans votre boîte e-mail

Laisser un commentaire