Louer en Espagne lorsque l'on est entrepreneure et expatriée
Photo© Pixabay CC0

Comment louer quand on est entrepreneure et expatriée ?

Pour louer un appartement ou une maison dans le pays dans lequel on a choisi de s’installer, il faut procéder par étapes. Y compris pour les entrepreneures. L’Espagne ne déroge pas à la règle. Pour y arriver, il est préférable de demander conseils à des proches eux-mêmes expatriés ou bien faire appel à des professionnels du secteur.

Une fois le pays choisi, il faut en effet trouver le lieu idéal pour travailler chez soi en toute tranquillité. C’est là que la recherche d’appartement ou de maison devient un vrai casse-tête. Surtout lorsqu’on ne parle pas la langue du pays et qu’on ne connait pas bien les règles.

Le NIE, document obligatoire pour louer

La première étape consiste à obtenir le NIE, sésame indispensable pour tout étranger souhaitant vivre plus de six mois en Espagne. Un numéro d’identification imposé à la fois pour se mettre en règle vis-à-vis de la législation et pour rassurer les propriétaires.

Une fois le précieux document validé, la future résidente pourra effectuer ses recherches plus sereinement. Elle évitera également de commettre une erreur fatale lors de sa création d’entreprise.

Pour louer, il faut avoir des ressources financières

Un document indispensable qui en appelle d’autres. Sans entreprise créée au préalable, ou sans le statut d’indépendante, l’expatriée doit en effet prouver sa bonne foi aux yeux de l’administration.

Pour cela, l’entrepreneure devra confirmer avoir une mutuelle d’assistance santé. Sur le plan financier, ensuite, qu’elle dispose d’au moins 5500 euros sur un compte bancaire.

Louer à Barcelone ou Madrid : recherche similaire, interlocuteurs différents

L’autre aspect à prendre en compte est d’ordre géographique. Pas seulement pour le quartier que l’entrepreneure aura choisi, mais aussi et surtout, pour la ville d’adoption. Car on ne cherche pas à Madrid de la même manière qu’à Barcelone.

Dans la capitale, il est par exemple possible de monter un dossier auprès de la mairie, avec le Plán Alquila, ou de contacter directement un propriétaire sur des sites spécialisés : Idealista, Habitaclia et Fotocasa… .

En revanche, à Barcelone, priorité sera donnée aux agences. C’est en tout cas l’avis de Laure Condamine, une Française spécialisée en relocation qui vit depuis plusieurs années, dans la cité catalane.

Être aidée par un spécialiste pour gagner du temps

Afin d’aider ses compatriotes et d’autres étrangères, Laure Condamine leur propose d’effectuer les démarches à leur place. Un processus qui peut comprendre « la recherche d’appartement, la relecture du contrat et l’état des lieux pour récupérer la caution au moment du départ ». Tout en précisant « qu’en Espagne, il n’y a normalement pas d’état des lieux ».

Un « pack » destiné aux gens qui n’ont pas le temps, qui ne connaissent pas la ville, ou qui ne parlent pas espagnol. Il inclut également le justificatif de domicile à demander à la mairie, appelé empadronamiento. Une demande également souhaitée dans d’autres villes, comme à Valence.

Louer en Espagne n’apparaît donc pas forcément comme une sinécure pour toute expatriée souhaitant mener à bien son projet entrepreneurial. Mais elle semblera plus simple en anticipant les différentes étapes. Pour cela, rien de mieux que de demander conseils à des proches ayant déjà vécu ce type de situation… ou à des professionnels sur place.

Vous voulez échanger avec nous sur ce sujet ?

Saisissez votre adresse e-mail et recevez les nouveaux articles du webzine, au rythme que vous désirez.

Laisser un commentaire