louer quand on est expatriée et entrepreneure n'est pas facile
Photo© Pixabay, CC0

Comment louer son local quand on est entrepreneure ?

Louer un bail commercial ou des bureaux, avec un profil d’expatriée et d’entrepreneure, peut s’apparenter être un vrai casse-tête. Y compris lorsque la personne est résidente de plus de six mois. Comment donc, louer son local quand on est entrepreneure ?

Dénicher le lieu adéquat quand on est entrepreneure, indépendante (ou les deux) nécessite en effet de préparer sa recherche. Dans le cas contraire, la quête entraîne souvent de longues démarches. Sur le plan administratif comme sur le plan logistique.

Louer son bail commercial, ce qu’il faut savoir

Sur le plan administratif, il s’agit de connaître le processus en amont pour ensuite le maîtriser. Il faut notamment savoir que, contrairement à l’achat, il est possible de déduire intégralement le loyer, comme le révèle le site Autónomes y emprendedores. Mais la question la plus epineuse reste de bien prendre en compte le coût du loyer, par rapport aux revenus générés par l’entreprise.

Enfin sur le plan logistique, il semble évident qu’opter pour un emplacement central dans un grande ville facilite la donne. Attention cependant à ne pas privilégier les quartiers les plus aisés, pour ne pas « gonfler la note » dès le départ. Idem pour une entrepreneure qui voyage : si son lieu de travail est situé près d’un aéroport ou d’une gare, alors le gain de temps correspondra aussi au gain d’argent.

L’appui des villes aux entrepreneures pour les locations

L’avantage d’être informé sur l’Espagne, et sa ville d’adoption en particulier, demeure donc un aspect non négligeable. Il permet notamment de rencontrer les personnes idoines : agents immobiliers, conseillers fiscaux, organismes d’État ou de la communauté…

Dans tous les cas, les villes viennent en aide aux futurs locataires. La communauté de Madrid, par exemple, propose de mettre à disposition des entrepreneures les locaux de l’Agence du logement social. Elle offre aussi des conseils, un accompagnement et un financement pour développer le projet d’entreprise.

Des régions comme l’Andalousie, elles, avancent d’autres solutions comme le coworking dans des lieux insolites (maisons troglodytiques…). 

L’avantage de la location pour démarrer

Un soutien utile pour les autonomes et pour les futures responsables de sociétés, alors qu’il y a encore trop peu de femmes cheffes d’entreprise en Espagne. «L’avantage de la location sur la vente, est qu’elle n’implique pas une grosse mise de fonds initiale si les choses ne se passent pas comme prévu. » C’est en tout cas l’avis livré par José María Alfaro, coordonateur général de la Fédération des associations immobilières (FAI) en mai dernier, au site Autónomes y emprendedores.

Basée à Valence, la FAI sait mieux que quiconque l’importance d’un démarrage en douceur : c’est-à-dire d’un début d’activité par le biais de la location. Un message destiné surtout aux entrepreneures françaises en Espagne, ainsi qu’aux espagnoles, dont la représentativite demeure encore faible à ce jour.

Louer avec le profil d’entrepreneure nécessite de toute manière, une volonté sans faille. Mais aussi, une organisation appropriée et un réseau fourni. Sans oublier la part de chance, inhérente à tous types de projets.

Laisser un commentaire