Léa Vayrac, Recruteuse indépendante en Espagne
Photo© Cathy.event

Léa Vayrac «Être recruteuse indépendante, c’est avant tout déconstruire des stéréotypes et des étiquettes !»

Léa Vayrac est actuellement une entrepreneure française, expatriée à Barcelone. Pour elle, travailler à aider les entreprises françaises à recruter le meilleur candidat est une passion. Une passion, que Léa exerce avec beaucoup d’intuition, lui permettant de revoir le système du recrutement grâce à la déconstruction des stéréotypes et des étiquettes.

1- Léa tu as décidé, un peu sur un coup de tête, de partir vivre à Barcelone et là-bas, de te mettre à ton compte. Pourquoi être recruteuse indépendante plutôt que recruteuse salariée ?

Entreprendre a toujours fait partie de moi (sourire) ! Cela faisait quelques années que je réfléchissais à me mettre à mon compte. Après mes études en Ressources Humaines, j’ai travaillé en France comme Responsable d’agence, avant de m’expatrier à Barcelone. J’ai ensuite, eu la chance de trouver rapidement un poste dans un cabinet de recrutement. C’est là, que j’ai eu le déclic ! Pour moi, c’était une évidence que j’allais entreprendre dans cet univers (sourire). Oser l’aventure entrepreneuriale, c’est fait assez naturellement en réalité…

Mais il est vrai qu’en tant que salariée, je n’étais pas toujours en accord avec la façon de sélectionner les candidats dans les cabinets. J’avais peu de liberté, puisque toutes mes sélections devaient systématiquement être validées par mon supérieur. Je me suis alors vue renoncer à l’envoi de certaines candidatures, étant pourtant convaincue que le candidat était un excellent profil. En devenant Recruteuse indépendante, j’ai donc fait le choix d’exercer un métier qui me passionne. Libre d’aborder le recrutement en harmonie avec mes valeurs.  

2- Est-ce que tu dirais que tu es plus libre maintenant, dans tes propositions de choix de candidats pour tes clients ?

Tout à fait (sourire) ! J’ai cette liberté de pouvoir écouter mes intuitions et de prendre le temps de comprendre le parcours de chacun. Le recrutement, c’est vraiment un métier qui me passionne et qui m’anime. J’aime beaucoup ce que je fais. Et aujourd’hui, je l’exerce en plein accord avec mes valeurs. J’en suis très heureuse !

Donc si je comprends bien, ton objectif est de sélectionner des candidats pour leurs valeurs et leurs compétences, plus que pour leurs diplômes ?

Tout à fait ! Je propose d’aider les entreprises françaises à recruter leurs collaborateurs, en Espagne ou en France, selon les valeurs et les compétences propres aux candidats (sourire). Même si le diplôme est un prérequis que je me dois de respecter. Par contre, je ne suis pas décisionnaire. Ce sont mes clients qui le sont.

Pour mieux comprendre leur besoin, je fais toujours un entretien préliminaire avec eux. Je réalise un briefe de poste, essentiel pour cibler leurs candidats idéaux. Une fois le briefe établi, mon objectif est de leur trouver la perle rare. Parfois, cela arrive que je présente des candidats qui ne cochent pas toutes les cases. Au-delà du CV, ces derniers ont souvent une valeur-ajoutée ou une expérience de vie qui ferait toute la différence sur le terrain.

C’est ça, mon travail de Recruteuse indépendante ! C’est d’aller par-delà le simple CV, de révéler le potentiel des candidats. Pour moi, croire en leurs compétences et faire confiance à mon intuition est primordial. C’est indissociable de mon métier. Je suis donc là pour révéler leurs expériences ! Et je ferai tout, pour défendre leurs candidatures !

3- Selon toi, est-ce une formule gagnante pour les entreprises ?

Je pense sincèrement que ma façon de faire est une formule gagnante. Le fait de présenter différemment des candidats permet aussi aux entreprises, de revoir leur façon de recruter. C’est une nouvelle ouverture d’esprit !

4- Tu es une sorte de « justicière » du recrutement ? Tu vas au-delà du recrutement classique, pour permettre à tout le monde d’avoir sa chance.

Je n’avais jamais vu ça comme ça (rires) ! Je ne m’étais d’ailleurs, jamais posée la question. Maintenant, il est vrai que je peux comparer mon métier à celui d’un avocat. Je « plaide » pour mes candidats mais, toujours dans l’intérêt de mon client (rires).

Ce qui est sûr, c’est que ma façon de procéder et de revoir le recrutement fait partie intégrante de mes valeurs. J’ai horreur que l’on mette les gens dans des cases, qu’on leur colle des étiquettes. Pour moi, chaque personne est unique. Chaque personne a son expérience propre, personnelle et professionnelle, qui apporte toujours un plus dans une entreprise. Il faut donc, aller plus loin dans le processus de recrutement.

5- Si tu avais un conseil justement à donner à des entrepreneures qui seraient « différentes » quel serait-il ?

D’écouter son intuition : s’écouter est quelque chose que je pratique au quotidien, tant dans ma vie personnelle que professionnelle. Il faut tenter ! Parfois on se trompe. Parfois, pas. En tout cas ce qui est sûr, c’est que si elles n’osent pas, elles ne sauront jamais. C’est donc essentiel de s’écouter et de le faire le plus souvent possible. En plus, ça révèle de belles choses !

Saisissez votre adresse e-mail et recevez les nouveaux articles du webzine, au rythme que vous désirez.

Laisser un commentaire